Définitions » Bar

Bar

Avoir un bar c’est souvent un vieux rêve, une image que l’on conserve dans un petit coin pendant longtemps et qui ressort à l’occasion d’annonce, d’opportunités ou de rencontres… Les vacances constituent souvent un moment où ce « vieux projet » ressort. Pour autant, le métier a changé. Il disparaît plusieurs centaines de bar en France et l’image du bar de quartier, lieu de rendez-vous d’habitués a pratiquement disparu pour laisser place à un nouveau type d’entreprise. Le bar est avant tout un lieu de convivialité car on ne fréquente pas véritablement un bar parce qu’on a soif ! (ou alors très épisodiquement) mais parce qu’on s’y sent bien ou parce qu’on a besoin de relations sociales (de « liens sociaux » disent les experts). L’emplacement est donc important mais aussi la personnalité du dirigeant car c’est finalement sur lui que repose l’ambiance de l’établissement. Autre question qui se pose : bar pur ou bar brasserie ? Un bar pur est fréquemment demandé car il n’implique pas de compétences en cuisine et dispose encore d’une bonne marge brute (entre 75% et 80%) mais attention la notion de rentabilité doit être croisée avec cette activité. Car faire peu de chiffre d’affaires avec une marge brute confortable aboutira fatalement à un résultat en valeur absolue réduit.

L’adjonction d’une activité de brasserie / petite restauration constitue une véritable question :

• Par rapport aux équipements à mettre en place dans le respect des normes réglementaires en vigueur, au regard de la place disponible ;

• Par rapport aux autorisations (copropriété, bailleur…) ;

• Par rapport au savoir faire.

Une réflexion préalable s’impose car si le marché reste ouvert (les français prennent de plus en plus leur repas au restaurant), la mise en place de prestations de restauration doit être adoptée à la demande de la clientèle en termes de production culinaire (qualité…), de prix (relativement faibles) et de temps (1/2 heure à 3/4 heure).